jeudi 29 septembre 2011

[Livre] SKINHEADS, photographs 1979-1984 by Derek Ridgers





Derek Ridgers est un photographe anglais reconnu qui a vu, depuis une trentaine d'années, ses photos exposées dans les plus grands musées photographiques du monde et publiées dans les plus prestigieuses revues (NME, Rolling Stones, The Times, The Observers et j'en passe). Il a photographié les acteurs les plus connus, les artistes les plus branchés, les musiciens les plus payés; bref, ce type est une pointure. Mais diable!? Comment s'est-il alors retrouvé à photographier une bande de rasés défoncés à la colle dans les bas-fonds Londoniens ?
Né en 52 il a commencé par photographier le milieu rock'n roll anglais (au sens large) à la fin des années 70. Son truc, malgré son actuelle notoriété, ça a toujours été ça, le rock'n roll et l'underground. Pas étonnant alors, qu'en 79, entre deux photo-reportages dans les soirées fétish (un de ses sujets de prédilection apparemment) de Soho ou dans les concerts punks de Camden, il ne soit retrouvé un beau soir face à face avec une bande de skins.
Le skin aime poser, c'est comme ça, ça fait parti du truc (j'ai des amis qui vous le confirmeront), un peu de bière, 2 ou 3 photos pour rigoler et c'est parti! Donc l'ami Derek n'a eu aucun mal à se faire accepter dans la bande avec son appareil, celle-ci étant fort enthousiaste à l'idée de pouvoir se la péter su papier glacé. Il n'en a pas fallut plus pour qu'il se retrouvé à leur coller aux basques (Bop!), pendant 5 ans, dans leurs péripéties diverses, inépuisables sources de clichés tape à l’œil. S'en suit une première expo à Londres en 1980 (dont certaines photos sont dans ce livre, publié presque 30 ans après, en 2009), et c'est cette même expo, si je me souviens bien, qui aurait inspiré (d'après lui) Gavin Watson pour montrer une autre image du mouvement, plus proche de sa réalité. Et on le comprend.

Parce que soyons francs, les mecs (et les meufs, ne soyons pas sexiste) sur les photos de Derek sont plus à la mode du cœur de bouddha (comme dirait LSD) que du casque grec. On est alors en pleine explosion de la scène RAC et les bandes de Londres en furent d'importants protagonistes. Donc oui y a du bras tendu et des attitudes qui ne respirent pas vraiment la tolérance et le respect du prochain, te voila prévenu Jean-Michel!
J'ai été choqué par certaines photos, n'ont pas par l’exubérance de l'affirmation national-socialiste, mais plus par le mélange souvent improbable des genres. Que penser de ces types au look 69 impeccable (Sta Press, cardigans etc...) avec de grosses croix méga en brassard ? Ou encore de cette bird en jupe écossaise, t-shirt des Clashs avec un ceinturon sudiste et divers pins croix celtiques ? On est bien loin du cliché du gros bones C18 ou Skrewdriver Security et pourtant ça s'affiche haut et fort; c'est ce qui m'a le plus surpris.
D'un point de vu photographique c'est beaucoup moins bien que ce que fait Gavin Watson, il y a peu de photos vraiment mortelles, mais beaucoup de portraits. Des portraits de mecs cramés à la glue, la gueule tatouée à l'arrache d'Union Jack et de Skinheads, des portraits de mecs qui sont morts bien avant de devenir des gros tas, des portraits violents de types apparemment pas commodes.
Certains clichés en couleur (dont un de Nicky Crane de 79) surprennent car ils abolissent la distance temporelle qu'imposent le noir et blanc et nous ramènent à notre mouvement actuel. Ça aurait pu alors être de simples photos facebook (oui c'est triste), des photos de potes (avec beaucoup de badges et de tatouages craignos en moins). Les visages changent, le style reste.

Des photos de manifs (pas de gauche!), des photos de bandes, des portraits de femmes, de birds, des photos de couples également (hétéros et, surprenant, homos). Beaucoup de choses intéressantes finalement dans ces 118 pages de bottes et bretelles.
Ces dernières années il n'y en a eu que pour Gavin Watson et This is England (que j'adore tous les deux), mais ne réécrivons pas l'histoire. Le mouvement skinhead c'était ça mais c'était aussi (et peut être surtout), à cette époque, ce que montre Derek dans son livre. Je n'en fais nullement l'apologie, je déteste le RAC et tout ce qu'il a entraîné de néfaste pour notre mouvement, je considère simplement ces différents témoignages photographiques comme des pièces historiques et je vous invite à faire de même, sans fétichisme ni nostalgie...

Le livre est intégralement mattable en ligne ICI (et c'est beaucoup mieux que mes photos pourraves). On peut également le commander à cette adresse.

Derek Ridgers a publié de nombreux autres ouvrages de photos dont certains sont également mattables en ligne (notamment des photos « Rock » assez réussies des années 80 et 90 ICI, des photos érotiques moins réussies ICI et divers autres éléments ICI).


[Old Stuff] Fuori Controllo - Dal '77 Siamo Nati Noi 10" (Helen Of Oi! Records - 1996)




Certains choisissent de parler d'obscurs groupes de Hardcore suédois dont le monde (c'est à dire moi) ignorait l'existence jusqu'à présent. Moi, je vais plutôt vous parler d'un obscur groupe de Oi! italien (puisque la Oi! italienne c'est mon truc) dont vous ignoriez surement également l'existence jusqu'à présent. N'ayez crainte, j'apporte la lumière aux âmes égarées !
Fuori Controllo (qui signifie... Hors Contrôle ! Mais rassurez vous, c'est autre chose que notre homonyme local aux chansons qui sont toutes les mêmes) donc, un groupe turinois (une ville importante dans la Oi! italienne, on en reparlera quand j'aurai 120€ à débourser pour acheter le EP de Rough, ou quand j'aurai décidé que Banda Del Rione ou Youngang sont assez vieux pour être classés dans [Old Stuff]) né en 1992. En plus de cette prod', ils ont sorti deux démos, nommées "Nelle Strade" et "Fuori Controllo Oi! Oi!" (original comme titre hein ?), toutes deux en 1994, puis enregistre 2 titres pour la compil' High Voltage Oi! + Punk (avec également dessus Vanilla Muffins, sortie sur Step-1 Records en 1995), un autre pour la compil' italienne Oi! Against Silvio (sortie sur Havin' A Laugh Records en 1994), le LP Aggro On The Streets (en 1999, sur Helen Of Oi! Records) et enfin le CD 10 Anni Sulla Strada (en 2003 sur Vacation House Records). Le groupe se sépare en 2005, après presque 15 ans d'existence.
Ceux qui ont lu l'article sur Asociale savent que les années 90 sont un peu la traversée du désert de la Oi! italienne, et comme leurs camarade de Côme, Fuori Controllo est un des rares groupes qui a survécu à cette période, un des rares groupes intéressants né pendant cette période (contrairement à, au hasard, Los Fastidios, qui faisaient de la Oi! de musicien de métro à l'époque, avec un accordéon et avant qu'ils soient atteint de la schizophrénie politique et donnent ainsi naissance au syndrome qui porte leur nom, putain je déteste ce groupe !). On pourra noter au passage que c'est le premier groupe italien à avoir été produit par un label anglais (Helen Of Oi! pour ceux qui ne suivent pas).
Place à la musique. C'est dans la plus pur tradition Oi! italienne 80's (on pense notamment à Rough, Nabat ou Hope & Glory, ça doit parler à ceux qui connaissent un peu le merdier, et pour les non-initiés -honte à vous-, on pourrait résumer ça part "les bases"), c'est plutôt mid-tempo, avec des paroles qui parlent de la vie de tout les jours (on parle beaucoup de "la strada", ce concept propre à la Oi! italienne, qui défini à la fois la rue et le skinhead way of life dans "Sempre Insieme Uniti", "Siamo Tornati" et "Nelle Strade", mais aussi de la société qui essaye d'asservir les "ribelli" dans "Voglio Essere Me" et "Fuori Controllo", du refus de la politisation de la scène dans "Dal '77"), une instru qui envoie, avec un son à l'ancienne (encore et toujours lui), une guitare solo simple et sympa (et trop peu utilisée selon moi), et le chanteur à une bonne voix (que je qualifierai de "à l'italienne"). La seule chose assez naze que j'ai pût relever, c'est l'intro ska sur "Dal '77" (qui n'est pas un hymne à la Seine-et-Marne, contrairement à ce qu'on pourrait croire), heureusement ça ne dure pas. À noter également, une reprise de "Skin & Punk" de Nabat (un de leurs meilleurs morceaux selon moi).
Tout ça va avec une pochette en toute pôsance (on remarque qu'il y 2 types qui ont des looks de vieilles chiottes et un autre qui à un look de chauffeur routier portugais, mais aux vues des autres vinyles, ça c'est arrangé avec le temps et au gré des changements de formation) et un insert... en forme de booklet (c'est assez rare dans un vinyle !) où l'on trouve pas mal de photo du groupe et de leur crew, ainsi que les paroles (en italien et traduites en anglais) ainsi que quelques infos sur le groupe (qui m'ont aidées pour l'article, j'avais quelques trous...). On notera que le vinyle est rouge transparent (mine de rien ça fait toujours plaisir ce genre de petits trucs).
Un groupe injustement inconnu donc (mais grâce à moi justice est faite), vous m'en direz des nouvelles (un peu de communication ça fait pas de mal, à moins que vous soyez tous autistes), et on se retrouvera bientôt pour une autre chronique ou pour parler d'une autre vieillerie (qui sera surement italienne, pour mon plus grand plaisir) !

Face A
 Sempre Insieme Uniti
 Siamo Tornati
 Dal '77
Face B
 Fuori Controllo
 Voglio Essere Me
 Nelle Strade
 Skin & Punk (Nabat cover)


TÉLÉCHARGER (Qualité mp3

mercredi 28 septembre 2011

[Chronique] U.X.Vileheads

Encore un nom à la con me direz vous. Putain ouais mais ces gars là sont suédois alors ça va.

S'il y a bien une ville en Europe associé au Hardcore c'est bien Umea, sympathique et morne bourgade du nord de la suède, berceau du SxE européen des années 90 et putain d'usine à groupes qui déboîtent ta race. Je vais pas te retaper l'historique mais si tu connais Refused, Abhinanda, Final Exit, DS13, Regulations, MassHysteri ou The Rats pour citer dans l'ordre des groupes qui n'ont rien à voir, tu sais de quoi je parle cousin ! D'ailleurs AC4 (anciens Refused) n'ont-ils pas intitulé leur premier EP Umea Hardcore ? Les mecs s'y croient jte dis!

Donc U.X.V (tu permets que je les appelle comme ça?) c'est le top du punk hardcore suédois de maintenant, un accouplement sauvage entre Regulations et les groupes No Way dans une cave de DC (sans capotes et devant la belle-mère menottée à la chaudière mec!).

C'est que nos amis nordiques sont productifs et ont déjà pondu 2 EP et une démo et c'est la toute récente sortie de leur LP, et surtout cette douloureuse turgescence associée, qui me pousse à t'entretenir de ce groupe de joyeux vikings.


Premier EP : First EP


Voila des gens simples et directs. J'aime ça.

4 morceaux, 2 par face, moins de 3min par face : Hardcore !

« Sick Sensation » et « Shut Down » nous rappellent que la vie est une vraie chiotte flamande à l'hygième douteuse parfois. « Waste Of Life » et « Sinking » nous confirment que c'est pas en mettant ta tête dedans que tu respires mieux.

Simple, direct, efficace, hardcore !

A TELECHARGER ICI

(qualité mp3)


Deuxième EP : Catch 22


L'aboutissement, l'album de la maturité comme ils disent aux Inrocks. De la bombe bébé quoi !

Catch 22 est une expression anglophone pour parler d'une situation où un ensemble de règles absurdes ne permettent que d'aboutir à un échec, quelque soit le choix que tu fasses.

Toi le petit curieux au fond saches que ça vient d'un bouquin américain (dont c'est le titre), publié dans les années 60, racontant l'absurde fonctionnement d'un camp militaire pendant la seconde guerre mondiale, où chacun cherche un ennemi qu'il ne trouve pas et finit par sombrer dans une folie destructrice et grotesque. Je conseil d'ailleurs l'adaptation cinématographique (vu que j'ai pas lu le livre) de 1970, très belle et drôle satyre de l’imbécillité militariste. Apparemment le livre fut une référence de toute une génération de pacifistes, consommateurs de marie-jeanne et branlomanes végétatifs, de cette même période.

Mais trève de bavardage ! Ce morceau tue, et me fait énormément penser à Regulations (et dieu sait que Regulations c'est du ninja en sauce).

« To get a job you need experience

to get experience, you must have had a job first

Doesn't this sound like a trick question ?

Which came first, the hen or the egg ?

Catch 22 !!! »

« Kill for peace » est, comme son nom l'indique, un super morceau sur le concept de « je vous écrase tous la gueule pour préserver l'harmonie mondiale ».

« Down Again » est un morceau sur la vie et des chiottes wallones.

« No Salvation » ne parle pas du tout d'un groupe parisien mais des religions et de leur millénaire désir de nous voir obéir à pleins de règles à la con. Une bonne chanson anti-clérical comme je les aime.


A TELECHARGER ICI

(qualité mp3)

mardi 27 septembre 2011

[Chronique] Noi!se - This is who we are 10" (Longshot/Contra 2011)



Je me devais de chroniquer ce qui est pour moi la bombe de l'année, mondialement parlant! C'est pour dire! Je parle bien du 10 pouces de Noi!se, groupe de Tacoma USA. Ils ont sorti un EP ("Walk Beside Us") deja excellent mais la c'est un tel concentré de violence! Une voix qui sort de l'ordinaire et qui ne me rapelle aucun groupe oi! entendu auparavant, parfois le guitariste chante aussi, j'accroche moins sur sa voix mais ca tue quand meme! Ca envoie la patate avec une batterie bien rapide et une basse comme on en avait pas entendu depuis les Clichés (Mais pourquoi toujours eux? seraient-ils devenus une référence? :) ). Les paroles également sont hyper bien écrites et donnent un regard plutot négatif sur la scène vue par des anciens qui la voient mourir (du moins aux USA). Pareil que pour Marching Orders ce qui est plaisant dans leur paroles est qu'ils donnent un regard actuel sur le mouvement skin, n'hesitent pas à parler de l'effet d'internet sur la culture des jeunes skins dans "What Happened to the kids", de ce que sont devenus leurs amis, etc... Le seul bémol de cette production est pour moi la reprise de "Take 'Em All" de Cock Sparrer, faite 1000 fois et qui fait descendre le niveau, c'était pas vraiment utile et on aurait vraiment préféré encore un autre tube de la part de Noi!se. Mais une affirmation c'est bel et bien le groupe qui monte aux USA, après plus d'un an d'existence avec deja deux productions et de dizaines de concerts, ca ne va aller que crescendo c'est sur!



01 - Living for Today 
02 - Brothers in Arms
03 - Warrior Down
04 - Take 'Em All (Cock Sparrer)
05 - This is Who We Are
06 - On The Outside
07 - What Happened to the Kids

Les nouvelles sont bonnes pour Noi!se car le chanteur Matt va faire un featuring sur le prochain LP de Perkele! Ils vont aussi sortir un paquet de splits avec Razors in the Night, Sydney Ducks, The Broadsiders (Le split parfait de la Oi! US actuelle!), The Gestalts et Pressure Point, oui...Rien que ca!

TÉLÉCHARGER (Qualité MP3)

ACHETER (et y'a plein de merch cool!)
C'est conseillé sinon le chanteur de Noi!se il va pas être content et ca donne ca:







lundi 26 septembre 2011

[Chronique] Marching Orders - Nation Of Ghosts EP (2011)



Marching Orders a déjà bien creusé son trou dans la scène oi! mondiale. Après deux 10", un 12", quelques 7" et des splits avec des groupes de qualité comme Alternate Action et de moins bonne qualité comme Control (moins ma tasse de thé), on peut même dire qu'ils y ont carrément établi domicile. D'ailleurs Longshot et Bords De Seine viennent d'accoucher (au forceps) d'un beau CD digipack (comme on dit à la FNAC) regroupant quasiment toute la discographie des australiens.

Personnellement je trouve qu'il s'agit d'un des quelques groupes majeurs de la oi! actuelle ; une qualité musicale indéniable, une voix agréable, des refrains accrocheurs, que demander de plus ? (ouais ok on pourrait leur demander d'être meilleurs en live qu'au Rebellion de cette année mais bon faut dire aussi que jouer à 15h dans un hangar avec 13m de plafond, éclairé comme le stade de France, c'est pas top pour l'ambiance)

Mais tout de même, pourquoi donc attribuer un tel superlatif à ces descendants de filles de joie et de coupeurs de gorge hein ? Parce que bon des fils de pute qui font de la musique bien roulée y en a eu un paquet depuis l'invention de l'accordéon ! (je plaisante pour l'accordéon hein)

Hé bien tout d'abord parce que j'aime les groupes qui abordent l'actualité, le présent et ses difficultés dans leurs compositions. Les années 80 sont mortes, la plupart des yeux qui parcourent ces lignes n'étaient que des jus de couilles en gestation à l'époque, alors dégorger les vôtres sur des remake d'hymnes d'une époque révolue c'est stagner et mourir. On va pas finir comme des vieux Rockabs fossilisés quand même !!

Tout ça pour en venir à cet EP au ton grave et alarmiste, reflet de notre époque sans joie.

« Nation Of Ghosts » aborde le sujet des délocalisations et des fermetures d'usine, des villes ouvrières pleines d'ouvriers mais sans usine. Le tout sur une musique assez lente, avec un beau chant clair, presque une ballade. Dédicace aux chinois.

« To This Day » relate la fin d'une vie pleine d’excès d'un homme qui s'en foutait et qui a fini par s'enfoncer dans sa propre tombe. On peut y voir un hommage à des amis morts d'alcoolisme ou de rockabilisme. Pas très joyeux donc.

« Epidemic » est le reflet du gros bordel alarmiste que le monde a subi après le détection de la Grippe Porcine. Morceau assez rapide, bien pêchu, bien cool.... Après les vaches, les moutons, les poules et les cochons, ils vont nous trouver quoi la prochaine fois ? Le Rhume Marinière et la Diarrhée Teckeloise ? (Non mais on se fout de notre gueule)

« Stuck In A Rut » (musicalement, du tres bon Marching Orders) est encore un morceau où on se fend bien la gueule. L'histoire hilarante d'un type pas très riche, marié à une chieuse encore moins riche qu'il fuit dans un boulot qu'il déteste et dans l'alcool qu'il empeste, la blague préférée des assistantes sociales du Nord-Pas-De-Calais.

Des paroles graves donc, reflet d'une époque où la moitié de l'humanité attend, sous prozac, noyé dans les déjections de l'autre moitié, que son tubas se remplisse de merde.

Bref j'adore ce groupe.


A ACHETER ICI

A TELECHARGER ICI
(qualité mp3)

[Chronique] Stomper 98/45 Adapters - S/T split EP (Randale Records - 2011)






C'est parti pour le split des groupes à numéros. D'un côté, Stomper 98, groupe allemand désormais célèbre, de l'autre 45 Adapters, groupe américain pas encore célèbre (mais ça viendra !).
Honneur aux plus jeunes, commençons par 45 Adapters (dont on me signale que le chanteur a également officié dans Bottom Of The Barrel, groupe Oi! de New York du milieu de 90's , dont la seule vraie prod' est un split avec The Templars distribué à l'époque gratuitement avec le zine Oink! Skinzine). Musicalement, je trouve ça plus proche du punk-rock style Undertones, voir du proto-punk (personellement, la première chose à quoi j'ai pensé c'était... New York Dolls !). On pourrait definir ça comme une sorte de retour aux sources du rock'n'roll, un mélange de Oi!, de garage (pensez à ce qu'on peut trouver sur la compil' Nuggets) et de R'n'B (si quand je dis R'n'B, le premier truc à quoi tu penses c'est Tragédie ou Beyoncé, tu es une vrai merde et tu n'as rien à faire ici), enfin moi je dis ça, ça se trouve je délire hein. Ajoutez-y une voix à la fois puissante et plutôt mélo, ça donne 45 Adapters
Premier morceau donc, "What's Right", un morceau contre les moralisateurs, contre ceux qui voudrait nous dire comment on devrait se comporter, ce qu'on devrait faire et ne pas faire (je cite :  "I smoke too much/Idrink too much/Always hanging out the street/And you think you know what's best for me/You don't !"). Les paroles sont sympas, la guitare déchire, vous m'en mettrez un kilo de côté, merci.
Le second morceau "Nothing To Prove" qui, comme son nom l'indique, parle du fait que chez 45 Adapters, on a rien à prouver et on parle de ce qu'on veut ("I can sing if I wanna/I've been through the wars/I've got nothing to prove"). Osez me dire qu'on ne ressent pas les influences garage et R'n'B sur cette chanson (surtout sur le refrain) ! Personellement je suis hyper fan, ça change de ce qu'on peut entendre habituellement dans la scène, et ça fait du bien (de temps en temps).
Traversons le Rhin maintenant. Petit rappel pour les nouveaux et les incultes, Stomper 98 c'est le bon côté de la Oi! allemande (vade retro KrawallBrüder !), c'est à dire de la Oi! à l'ancienne (un jour je définirai clairement cette appellation, pour l'instant on va juste dire que j'ai raison) avec du saxo par-ci par-là, quand c'est bien fait -et c'est le cas-, ça fait toujours plaisir.
On commence par "Antisocial" (dont je ne peut pas vous résumer clairement les paroles étant donné que mon niveau d'allemand est relativement faible, voir nul, mais si j'ai bien compris le refrain c'est "Pour toujours antisocial/Pour toujours outsider"), qui envoi du lourd direct ! Gros choeurs sur le refrain, de la rage dans la voix, des notes de saxo qui viennent un peut rafraîchir tout ça, une bonne petite bombe comme Stomper sait bien les faire ! Ensuite, on passe à "ISP - One Crew - One Family", qui traite du crew que les gars de Stomper forment avec ceux de Templars (d'ailleurs, Phil Templars joue la batterie dans Stomper), là aussi c'est du tout bon, avec le refrain et un passage parlé en anglais (comme ça j'y comprend presque quelque chose).
La pochette de ce 7" à été faite par Alteau (le chanteur de Herberts/Bad Lieutnants/Salvation City Rockers, qui à aussi fait par le passé des pochettes pour Klasse Kriminale, Templars, Sledge Hammer,...), on a même droit avec un insert où l'on trouve les paroles des morceaux et quelques photos des deux groupes (ainsi qu'un fond jaune avec des pois bleu dont j'ai du mal à saisir l'interet).
Ayant discuté avec mes camarades de ce split, je sais que les avis divergent par rapport à 45 Adapters. Faite vous donc une idée (et à l'occasion, dites moi si je suis un visionnaire ou simplement un imbécile aux goûts douteux), mais pour moi c'est un groupe qui a de l'avenir !


Face Stomper 98
 Antisocial
 Nothing To Prove
Face 45 Adapters
 What's Right
 Nothing To Prove

Pour le commander c'est ici


TÉLÉCHARGER (Qualité mp3

Au fait, cet EP est le premier d'une série de 3 splits de Stomper 98 dans le cadre de la sortie de le nouveau MCD "Antisocial" (les 3 EPs regroupent l'ensemble des titres du MCD). Sur les deux autres 7" on trouve Chromjuwelen (un groupe allemand) et Bootstroke (un groupe grec). Bien sur, on ne manquera pas de vous chroniquer tout ça !

[Chronique] No Solution - Lasting Values Can Suck It DEMO (2011)


Quand tu lances la démo de ce groupe Nantais, comment ne pas penser dès les premiers accords à True Colors ? En effet l'intro de Abandoned Friend m'a tout de suite fait pensé à For What It's Worth de True Colors. Ça donne pour moi bien le ton, vraiment dans la veine Youth Of Today, bien rapide avec des gros breaks two steps. Au niveau des paroles c'est la que ca pêche, c'est bien écrit c'est clair (j'aime particulièrement Try To Understand) mais le chanteur a cette facheuse façon de chanter (surement faite exprès) de manger les mots,un peu comme le chanteur de Loud & Clear en plus poussé. Si j'avais pas eu les paroles sous les yeux j'aurai pas compris un mot et moi ça me dérange. Je trouve ça dommage mais sinon le reste ca envoie et pour une démo ca s'annonce hyper prometteur!!
Achetez la démo pour 2euros ici : http://www.straightandalert.com/cd/573-no-solution-demo-2011.html
et leur bandcamp ici : http://nosolutionhc.bandcamp.com/

TÉLÉCHARGER (Qualité MP3

vendredi 23 septembre 2011

[Old Stuff] Asociale - Novum Comum EP (Havin' A Laugh Records - 1992)






Première chronique de la série "Old Stuff" (comprendre "vieilleries", dans le bon sens du terme) de la part de votre dévoué serviteur.
Wattie vous a récemment présenté les Polonais de BTM et le unique EP (que moi même je ne connaissais pas très bien), je vais m'atteler à faire la même chose pour les Italiens d'Asociale.
D'abord, faisons une bref biographie du groupe. Asociale s'est formé en 1990 à Côme (comme le lac, tout au nord de l'Italie) autour du chanteur, Ivano. Ils n'ont sorti que cet EP, mais ont des morceaux présents sur plusieurs compil' italiennes des années 90, à savoir "La Gente Reale Non Muore Mai" sur Oi! Siamo Ancora Qui ! (compil' 100% italienne qui date de 1991, celui-là on en reparlera bientôt...), "Spacca La Spada" sur Oi! It's A World League (compil' internationale sortie en 1992, avec notamment Plastic Gangsters, The Herberts, West Side Boys, Agent Bulldog et Klasse Kriminale, pour ne citer qu'eux) et enfin "Ancora Guasti" sur Oi! Against Silvio (là encore, compil' 100% italienne, parue en 1994), et tout ça est sorti sur Havin' A Laugh Records, le label de Marco Klasse Kriminale (qui roule très vite sur l'autoroute). Le groupe se sépara en 1994 pour cause de "divergences musicales" (l'expression polie pour dire engueulade quoi). Les années 90 étant un peu une traversée du désert pour la Oi! italienne (qui avait vécu une période glorieuse dans les années 80, ça aussi on aura sûrement l'occasion d'en reparler), le groupe a vite atteint le statut de groupe culte dans son pays natal.
Après quelques années d'absence, Ivano est remonté sur scène, en tant que chanteur du groupe suisse italophone Devilskins, a enregistré une reprise de "Lavoro" de Nabat avec les Templars et a finalement reformé Asociale en 2009 (il est le seul membre original). Ils ont d'ailleurs joués à New-York (avec The Templars) et au Mexique, et en ont profité pour ressortir l'intégral du groupe avec 5 nouveaux morceaux et une reprise de "Asociale Oi!" de Nabat.
Passons aux morceaux. Sur la face A nous avons "Niente Politica Solo Oi!", une sorte de leçon de Oi! à l'ancienne (prenez-en de la graine les gars) : gros choeurs, instru simple et efficace, une voix bien rageuse, les ingrédients parfaits pour un bon morceau ! On y parle des liens douteux qu'on fait bien vite entre la politique et les skinheads (je vais pas vous faire un dessin, mais ça porte la moustache carrée et une mèche digne des plus beaux emos de la place de la Bastille), et les gars d'Asociale répondent que la politique n'a pas sa place dans la scène.
Le titre de la face B, "Hoxton Tom For President", est plus surprenant, c'est un hommage au bassiste historique des 4-Skins (vous savez, le très grand avec une tête de type sympa), qui selon les Comacini (c'est comme ça qu'on appelle les habitant de Côme, ce soir tu t'endormiras moins con !) devrait être président parce que tout de même, c'est un chouette bonhomme ! Tout ça avec une intro à la basse, toujours des gros choeurs, le tout un peu plus joyeux que le morceau précédant.
Tout ça est vendu avec une pochette ouvrante où l'on trouve les paroles, ainsi qu'une liste de remerciements assez impressionnantes (avec quelques noms français familiers d'ailleurs) et deux photos du groupe (où l'on se rend compte que le guitariste, crédité comme Giovanni "Geggus", ressemble effectivement aux frères Geggus de Cockney Rejects).
Comme je l'ai dit plus haut, ce disque est une des perles que la Oi! italienne a produite, et toute personne souhaitant approfondir ses références en terme de Oi! transalpine se doit de le connaître (ça vaut aussi pour les autres morceaux du groupe, interro la semaine prochaine en début de cours).
Pour approfondir, procurez-vous le best-of du groupe (cité plus haut, il doit être disponible à l'achat ici), leur nouveau morceaux sont de très bonne qualité. En espérant que tout ça vous plaise autant que ça m'a plu !


Face A
 Niente Politica Solo Oi!
Face B
 Hoxton Tom For President



TÉLÉCHARGER (Qualité mp3)

jeudi 22 septembre 2011

[Chronique] Sydney Ducks - Stray Dogs EP (2011)





Sydney Ducks... Les Canards de Sydney ??!!...

Mouuuiii, en effet...pas terrible... certains iraient même jusqu'à dire que c'est vraiment un nom à chier (et je connais de sinistres individus, peu avares en acerbes qualificatifs, qui n'auraient pas hésité une seconde, croyez moi!). Sans doute une obscure référence linguistique que mon modeste niveau d'anglais m'empêche d'appréhender.
Mais quand même!! Il y a tant à faire avec ces deux mots, "Sydney" et "Ducks", mais ce sont des mines d'or de noms qui déchirent ça! Pourquoi ne pas avoir choisi Ducks Martens ou Sydney Nancy ?! enfin un putain de nom quoi!! Que de potentiel créatif non exploité mon dieu... triste époque, vraiment! Enfin ils ont beaux être de San Francisco ils n'en sont pas moins américains, les pauvres... soyons cléments...
Et clément on le devient vite à l'écoute des 2 titres de leur EP, servi dans une garniture de pochette des plus réussie. Musicalement c'est du Templars rencontre Clichés, c'est Carl qui se goinfre de Krisproll, c'est Phil avec sa batterie IKEA, c'est tout ça avec un zeste de punk rock américain sur le chant, et ça le fait!
Le premier titre "Stray Dogs" n'est pas le meilleur mais se défend bien. "Chiens errants", une chansons sur les paumés, les rejetés, les zonards de la jungle urbaine, un morceau touchant et d'actualité qui plus est.
Le second titre (le tube) "He lives for today" est un hymne à la fierté d'être différent, d'être skinhead et de ne pas se soucier du quand-dira-t-on et des regards terrorisés de ta concierge lorsque tu rampes péniblement jusqu'à chez toi après une soirée pintes, gerbes et bretelles... Un thème classique donc mais brillamment interprété je le répète!
Avec Noi!se (tiens ils ont pas un titre de chansons qui se ressemble beaucoup d'ailleurs??) Sydney Ducks est la relève de la oi! américaine, du neuf avec le meilleur du vieux, la classe actuelle quoi!

Choppable chez Contra Records

TÉLÉCHARGER (Qualité MP3)
Et la démo est choppable ICI

[Chronique] Haute Couture - Démo (2011)





Comment résumer la chose ? Nous pourrions évoquer ce : Side Project de l'ami Max, illustre moustachu et ingénieur du son, responsable du passage à la postérité du légendaire groupe oi! parisien actuel au nom foireux, de Youth Avoiders (excellent groupe HxC 80s parisien dans lequel il officie en tant que second guitariste) et de Black Spirals (parisien également mais qui fait plus dans le "dark bien lourd dans ton visage" où monsieur fait la basse) et d’innombrables autres merveilles… Oui, on pourrait ! On pourrait également rappeler que Haute Couture c'est max et ses chemises à carreaux XL et le batteur de Autistic Youth (illustre groupe de HxC à l’ancienne de Portland au son assez spécial), un américain donc, nommé Seve (Babylon?).Et c'est cette belle et improbable rencontre entre notre homme orchestre à la mèche légendaire et ce fier bucheron de la caisse claire qui, un beau soir d'été, nacré par une pâle et pleine lune, arrosé par des litres et des litres de Pepsi Max, donnera naissance, dans une euphorie caféinée, à ce beau projet relatant gaiement les plus beaux défilés de Top Models de Portland et de Noisy le sec, véritable hymne générationnel à la passion de la mode (Les 2 joyeux drilles ont depuis été rejoins par 2 autres trublions, habitués de la scène HxC parisienne, afin de se produire sur scène).
On ne peut que les féliciter d'ailleurs pour leurs excellents gouts vestimentaires puisque leurs égéries ne sont autres qu’Yves Saint-Laurent et John Galliano, grands progressistes et admirateurs de Henry Rollins en leur temps, que l'on retrouve sur la boite de leur démo cassette.
Après cette première réalisation tubesque les fesses du monde attendent leur seconde sanction, leur audacieuse collaboration avec Police Truck de Brest (histoire passionelle entre un jeune mannequin homosexuel et un garagiste front national breton, déchirant!)
Alors cette belle aventure humaine aboutira-t-elle à une collaboration avec LVMH ? Max obtiendra-t-il enfin un avoir sur un sac Louis Vuitton ? Rien n'est moins sure mais l'avenir nous le dira.
En attendant ça sonne 80s à mort entre Poison Idea et Negative Approach et ça tue!

01 - Haute Couture
02 - Hello Finn
03 - Love Glove
04 - Act Your Age
05 - Sketch It Up
06 - Serious Shame

A TELECHARGER ICI (qualité mp3)

[Chronique] The Clichés/The Janitors - S/T split EP (Randale Records - 2010)




Encore The Clichés ! Vous en avez marre ? Pas moi ! Mais c'est le dernier, promis après je fais une cure de désintoxication.
Un split avec les rochello-nantais de The Janitors, un groupe qui existe depuis un bout de temps maintenant, donc.
Deux titres par groupe, on va commencer par The Clichés. Leur premier morceaux, « Sensitive Age » est hyper rock'n'roll, mid-tempo, que demande le peuple ? L'autre morceau (qui est celui que je prèfère), « Easy Does It! » c'est pareil mais en plus rapide et avec des choeurs qui dérouille. Je vais pas m'attarder plus sur The Clichés, j'ai déjà chroniqué deux de leurs productions pas très éloignée dans le temps de celle-ci, donc ça ne change pas beaucoup (et c'est toujours aussi bon !).
Passons aux Janitors. C'est un peu dans le même style, chant clair, son "à l'ancienne" (comprenez crade, mais dans le bon sens) guitare très rock'n'roll,plus encore que les suédois peut-être. La première chanson « Concrete Blight », est plutôt mid tempo, pas leur meilleur titre à mon avis, mais c'est tout de même bien ! L'autre, « PC 1984 » est une reprise du groupe de punk anglais Crisis. On pourrait se dire que c'est dommage de n'avoir qu'un morceau original sur deux chansons, mais cette reprise est très bien faite, à la fois fidèle à l'original, mais pas identique, il y a quelque chose de différent, et de toute façon, le morceau est mortel !
Pas d'insert (dommage), mais une pochette sympa, en photomaton-like avec les membres des deux groupes qui font des tronches marrantes, et des rond centraux qui m'ont bien fait rigoler (« baguette' side » pour The Janitors, « Krisproll' side » pour The Clichés).


Face The Clichés
Sensitive Age
Easy Does It!
Face The Janitors
Concrete Blight
PC 1984 (Crisis cover)


Pour le commander, c'est ici

TÉLÉCHARGER (Qualité mp3)

[OLD STUFF] BTM - First Polish Skinband EP (Dossier Skinhead Records - 1993)


Groupe de Cracovie (Krakow), Pologne, BTM est considéré comme le premier groupe 100% Skin Polonais car il fut en effet le premier groupe dont tous les membres étaient Skin. Mais il vu le jour en 1986 soit quelques années après la création de groupes comme RKM, Sexbomba ou encore Haos. Ils enregistrèrent 2 démos avant de se séparer, puis de se reformer début 90 pour enregistrer ce 45t et un LP. Pour parler de ce 45t on retrouve 4 titres de la démo ré-enregistrés (et plus avec une boite a rythme). C'est vraiment un son typique de la Oi! d’Europe de l'est mais c'est bien sympa! Un incontournable de la Oi! Polonaise et incontournable du collectionneur (500ex numérotés a la main).

Face A:
01 - Słowiańska siła
02 - Naprzód chłopcy
Face B:
01 - Bądż dumny
02 - Mecz


TÉLÉCHARGER (Qualité Vinyle)

[Chronique] The Clichés/The Templars - S/T split EP (Randale Records - 2011)





Le split qui tue. C'est dit, il n'y aura pas de surprises dans cette chronique, ça va être que du bon.
Comme ce split EP justement. Commençons par la face The Clichés. Deux titres aussi excellent que ceux de la chronique qui précède, toujours aussi efficaces, toujours aussi rock'n'roll, toujours aussi hymnesque (et des paroles toujoours aussi clichées, décidément ils ne sont jamais à court !). Leur second morceau, « We Won't Change » est un pur bijou : ligne de basse qui déchire, guitare claire au moins aussi lourde que la basse et refrain en sing-along, avec solo Templaresque (donc Skrewdriversoixsantediseptesque, donc bien) ! Je suis conquis ! Cette fois par contre, pas de morceau caché, dommage !
Après cette face Clichés assez exceptionnelle, on peut légitimement se demander si les Templars on réussit à tenir tête aux Suédois.
La réponse est oui. Le premier morceau, « Posers », mid-tempo, qui n'a rien à voir avec la chanson de Combat 84, mais qui parle de la même chose, est bien cliché (mais surement pas volontairement, encore que, pourquoi pas), ça fait pas de mal de temps en temps, un bon morceau. Le second (et le mieux des deux), « It's All About You », est plus speed, plus agressif, plus propice aux sing-along en live, en plus c'est un morceau qui parle de toi mec, et ça c'est cool ! Bons titres des New-Yorkais, même si j'ai préféré ceux du split avec The New Chords.
Là aussi, un insert vient avec le vinyle, et comme sur le précédent split des Templars, pas de paroles dessus (mais y à une photo où l'on voit à la fois une bâche de Asociale ET un t-shirt Mötörhead, alors c'est excusé).
Une fois de plus, courez l'acheter, c'est surement un de mes meilleurs achats de l'année (je l'ai déjà dis juste avant, et alors ?)

Face The Clichés
Promises
We Won't Change



Face The Templars
Posers
It's All About You



Pour le commander, c'est ici


TÉLÉCHARGER (Qualité vinyle)

[Chronique] Booze & Glory/The Warriors - England Will Never Change/England split EP (Randale Records - 2010)







Un split EP 100% anglais cette fois, entre Booze & Glory (dans le rôle du jeune groupe qui monte) et Warriors (dans celui de la vieille gloire)
Commençons par Booze & Glory. Premier morceau, « England Will Never Change ». C'est de la Oi! dans la plus pure tradition anglaise, mid-tempo, instru efficace, gros choeurs. Le morceau parle du temps qui passe et des choses qui changent (plutôt en mal) mais pas l'Angleterre parce que les types sont la pour y veiller. Un morceau patriotique donc (même si le groupe est formé de 3 polonais et un irlandais), mais calme-toi Jean-Michel antifascisme radical, c'est soft (et de toute façon c'est anglais -même si le groupe est formé de trois polonais et un irlandais-, les anglais sont patriotes et c'est comme ça). Le second, « Working hard Dressing Smart », plus rapide (et un peu plus pêchu), qui, pour résumer, dit que t'as de leçon à recevoir de personne puisque tu travailles dur et tu t'habilles bien (d'où le titre), mais que quand même, c'es dur d'assurer parce que la vie c'est moche est ça recommence chaque jour. Les paroles ne vont certes pas révolutionner le genre (si tu veux de la poésie, t'as qu'a écouter Paris Violence), mais tout ça est fort bien joué, c'est plaisant !
Côté The Warriors, le premier morceau « England » parle de leur pays l'Angleterre, et apparemment il l'aime beaucoup. Ils disent qu'ils sont fier d'être anglais, fier de voir leur drapeau flotter et que tout ça n'a rien de raciste, et ajoute même qu'on peut trouver ça naïf, mais ça vient du coeur (ces gens là apportent la bonne parole !). Un bon morceau, bien puissant.
D'ailleurs, le second, « Predator », l'est encore plus ! Là, on nous parle de vengeance contre les violeurs, et les mecs de Warriors ont trouvé la solution, je cite, le « Doctor Marten's dental plan ». Le tout avec des bons choeurs, une voix rageuse, une instru top... Que du bon. Je pourrais conclure comme pour Booze & Glory ; pas révolutionnaire, mais bien fait, et moi ça me va !

Face Booze & Glory :
England Will Never Change
Working Hard Dressing Smart
Face The Warriors :
England
Predator

Pour le commander, c'est ici


TÉLÉCHARGER (Qualité mp3)

mercredi 21 septembre 2011

[Chronique] Brutti e Ignoranti/The Warriors - Could Kill For A Pint split EP (Pull The Trigger Records - 2011)






Ceux qui me connaissent savent que musicalement, si y a bien une chose que j'aime autant (voir plus) que la Oi! française, c'est la Oi! italienne.
C'est donc non sans émotion (sortez les mouchoirs) que je vous livre ici ma première chronique d'un groupe italien, et ce groupe c'est Brutti e Ignoranti (ici avec les anglais de The Warriors).
On va donc commencer par eux.
Le premier titre, « Antisociale » (je ne vous ferez pas l'affront d'une traduction) donne le ton direct. On a affaire à de la Oi!, de la vraie, à l'ancienne (et pas cette espèce de chiotte tirant sur le métal qu'on nous vend de plus en plus comme de la Oi!). Mid-tempo, voix puissante (mais pas forcée), des choeurs comme on les aime et un texte pas très original mais bien écrit (qui critique les politiciens, la télé-poubelle et les religieux). L'autre morceau, « Politically Incorrect » critique les bien-pensants et les politiciens et met dos à dos fascistes et communistes, décrit comme des faux rebelles (vu l'état du merdier en Italie, ils vont s'en faire des potes Brutti e Ignoranti dis donc !), avec une instru là aussi Oi! old school. Les deux morceaux me plaisent autant, c'est certes pas le groupe le plus original que j'ai entendu dernièrement, mais au moins c'est très bien joue !
Passons à The Warriors, un groupe avec d'anciens membres de Last Resort que tout le monde connais je suppose, puisqu'ils existent depuis un bout de temps. Comme les italiens, c'est de la Oi! à l'ancienne (sauf que là les types sont vraiment vieux). Le premier morceau, « King Of The Rude Boys » est un hommage à Judge Dread (mort en mars 1998), et je trouve que ça manque de pêche, c'est lent (c'est long même...). Enfin l'autre morceau, « Pay To Play », qui parle des promoteurs qui promettent là Lune aux groupes qu'ils veulent faire jouer et qui, au final, les niquent et disparaissent dans la nature, rattrape le coup. D'un coup c'est plus speed, avec des choeurs sympas et un chouette solo.
Pas d'insert fourni (dommage, mais les paroles sont trouvables sur internet), le vinyle est limité à 260 copies numérotée à la main. C'est peu.
Un bon disque donc (enfin surtout pour les ritals, dont je chroniquerai l'album... quand j'aurai le temps), si vous avez l'occasion d'en chopper un exemplaire, faites-le !

Face Brutti e Ignoranti :
Antisociale
Politically Incorrect
Face The Warriors :
King Of The Rude Boys
Pay To Play


TÉLÉCHARGER (Qualité mp3)

[Chronique] Gonna Get Yours - The Hidden Side Of Happiness EP (UVPR Vinyles - 2009)




Première chronique d'un disque de groupe français... Alors autant faire ça avec un groupe de potes !
Ce sera donc Gonna Get Yours, qui ouvrira le bal, avec leur première production vinyle à eux tout seul (puisqu'ils avaient sorti une démo sur CD en 2006, et ont un morceau sur la 3ème compil' 7" du magazine UVPR).
Trois morceaux sur ce vinyle, et quels morceaux ! Le premier, « Echoes Of Bauer », sur leur équipe de foot fétiche, le Red Star FC 93 (mais si, vous savez, l'équipe dont le blason ressemble à une capsule de Heineken !), est un vrai hymne, gros choeurs fédérateurs, guitare qui envoie, le genre de truc que tout le monde chante en concert (même à Clamecy. Les vrais savent !).
Le second, "Now I Know", plus lent, plus triste, qui parle du "hidden side of happiness" (la face cachée du bonheur, pour les non-anglophones), mais toujours avec ces choeurs qui font la joie du public en concert, et y à même un solo !
Enfin, dans« (Sweet And Tender) Panic », fini de rigoler mec, c'est l'Apocalypse. Intro à la basse, guitare lente, et des paroles sur la fin du monde (et selon GGY -oui, je me permet de réduire le nom-, riche ou pauvre, ce sera même tarif pour tout le monde : la mort, sans échappatoire). Un morceau plus sombre, des paroles un peu déprimantes... Le côté new-wave de Gonna peut être ? Quoi qu'il en soit, un bon morceau, encore une fois !
Côté insert, on ne fait pas dans la demi mesure. Paroles d'un côté (ça me changera des splits de Templars avec rien dans les inserts...), présentation des membres du groupe de l'autre (la formation à pas mal changée depuis la sortie de cet EP d'ailleurs) comme si ils étaient des joueurs de foot (numéro, position, équipes favorites -comprendre groupes favoris- et joueurs favoris -comprendre personnes qui inspirent musicalement-), le tout avec un énorme travail graphique (et c'est aussi vrai pour la pochette et les ronds centraux, ça c'est du boulot !).
Bref, une excellente prod' à tout point de vue, chapeau bas les gars, en espérant un album complet pour bientôt !

Face A
Echoes Of Bauer
Now I Know
Face B
(Sweet And Tender) Panic


Pour le commander, c'est ici

TÉLÉCHARGER (Qualité MP3)


[Chronique] Contemptuous - For The Lot Of You LP (Narayan -2011)


LP Posthume pour ce groupe Suédois sorti sur le label Français Narayan. Tout d'abord la pochette est un peu laide, difficile de savoir qu'il s'agit d'un groupe Oi! si on ne connait pas. J'ai tout de même acheté le disque en voyant qu'il était produit par Carl Templars, on ne peut que musicalement lui faire confiance!
 J'aurai tout d'abord appelé l'album For the Lot of FUCK YOU et pas For the lot of you! J'ai rarement entendu autant de fois Fuck You sur un disque, on pourrait faire un concours avec le nombre de fois ou Oi! Valcans disent Oi.. c'est pour dire. A Part ca, 35 minutes environ de chansons tantôt hymnesques (Rock'n'Roll Romance) tantot plus aggressives (The Brats) et même si c'est franchement bien joué, on a vite fait de s'endormir: Pas un seul solo de tout l'album, aucun break, la chanson la plus aggressive est placée en fin d'album pour vous reveiller. On retrouve souvent les mêmes schèmas 4 accords encore et encore, et les textes pareil. Ca tourne autour de la même chose: la haine du système, des poseurs, du boulot, ils se sont mêmes essayés a une chanson d'amour qui sonne pas mal mais dont les paroles sont un peu bidons. L'album commence tout de même sur une chanson bien réac' qui parle de fermer les frontières suédoises, même si le groupe n'est pas un groupe politisé ils se sont permis d'aborder le sujet assez séchement. Je conclurais en disant que c'est un mélange entre Perkele et Agent Bulldogg en un peu plus rock'n'roll, avec le chant en anglais, et que la meilleure chanson, véritable hymne est "Hang Em High" ou ils ont osé mettre du saxophone et ca rend super bien! 

Le chanteur et le guitariste jouent maintenant dans Antipati 



Face A 
01 - Borders
02 - Move It
03 - Rock'n'Roll Romance
04 - Sick of It
05 - Work To Survive
06 - 9 2 5
07 - Good Times

Face B
01 - For The Lot Of You
02 - Fuck Your Unity
03 - Peter Is On the Piss
04 - Hang 'Em High
05 - The Brats
06 - A Personal Fuck You 

TÉLÉCHARGER (Qualité MP3)




mardi 20 septembre 2011

[Chronique] The Clichés - Bottom Of The Barrel EP (Pretty Shitty Town Records- 2009)





J'avais déjà beaucoup aimé les deux premiers albums des ClichésNo Justice Juste Us » et « Monkey See Monkey Do »), un groupe suédois désormais connu de tous (du moins j'ose espérer), et une fois de plus, je ne suis pas déçu !
Quatre titres hyper efficaces (j'ai une préférence pour « From The Bottom Of The Barrel » et « Steelcaps And Elbows », les deux morceaux de la face A du vinyle) avec des paroles toujours aussi clichées (et marrantes et bien écrites !), le son de guitare à la Templars, la voix mélodique, les choeurs placés quand il faut où il faut et le morceau bonus à la fin de la face B., bref la pure violence quoi. Le tout vient avec un insert, et pas des moindre ! D'un côté, les paroles, de l'autre des photos en marcel-short-boots (moi aussi je veux me déguiser en skin allemand !), pour leurs fans du sexe faible (ai-je lu dans le n°9 de I Believe In Myself) !
Je vais conclure comme j'ai commencé, dans la retenue la plus totale. C'est à mon avis un des meilleurs groupe de Oi! Du moment, et sûrement le meilleur groupe suédois (devant Perkele, surtout depuis la sortie de Perkele Forever, je l'ai dit !). C'est limité à 500 exemplaires (numérotés à la main), et si vous tombez dessus, n'hésitez pas, prenez le !

Face A
From The Bottom Of The Barrel
Steelcaps And Elbows
Face B
Fate Or Luck
All For Show




 TÉLÉCHARGER (Qualité Vynile)